Windows 7 est un excellent système d’exploitation mais il a parfois tendance à faire ce qu’il veut sans vous demander votre avis.

Exemple : vous travaillez en réseau et vous placez sur le bureau de Windows 7 des raccourcis qui pointent vers un lecteur réseau qui monte automatiquement à l’ouverture de votre session. Périodiquement ces raccourcis vont disparaître de votre bureau sans prévenir. C’est assez énervant car aucune trace de cette suppression n’est conservée dans les journaux d’évènements. Vous remettez en place vos jolis raccourcis, et une semaine plus tard il y a récidive les raccourcis sont de nouveaux supprimés.

L’explication et la solution m’ont été données sur le site de support de Microsoft.

Il s’agit d’une tâche de maintenance hebdomadaire qui suppriment les raccourcis considérés comme rompus. S’il y a plus de quatre raccourcis rompus sur votre bureau de Windows 7, ils seront supprimés par l’utilitaire de résolution des problèmes de maintenance du système. C’est le cas car les lecteurs réseau ne montent pas toujours très rapidement et l’utilitaire en question fait donc le ménage une fois par semaine à l’insu de votre plein grès.

Pour supprimer cette fantastique fonctionnalité, procéder comme indiqué ci-dessous.

La méthode numéro 1 consisterait à avoir moins de quatre raccourcis réseau sur le bureau de Windows 7.

La méthode numéro 2 consiste à désactiver cet utilitaire de résolution des problèmes de maintenance du système :

  1. Cliquer sur le Menu Démarrer start button puis sur le Panneau de configuration.
  2. Sous système et de sécurité, dans le Centre de maintenance, cliquez sur Résoudre les problèmes informatiques courants.
  3. Dans le volet de navigation gauche, cliquez sur Modifier les paramètres.
  4. Définir la maintenance de l’ordinateur sur Désactivée et décocher par la même occasion les autres paramètres.

Vous voilà maintenant débarrassé de ce curieux phénomène de disparition d’icônes de raccourcis.

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland