Décidément depuis quelques semaines, Facebook revoit de fond en comble son interface utilisateur, les options de confidentialité et en profite pour ajouter de nouvelles fonctionnalités : appels vidéo, listes intelligentes, questions…

logo-facebook-vs-google

Il est désormais possible de voir les mises à jour publiques des personnes qui vous intéressent, sans pour autant les ajouter à votre liste d’amis ce qu’elles n’accepteraient peut être pas. L’arrivée de Google+ semble avoir du bon pour réveiller le géant qui s’était un peu assoupi.

Pour pouvoir permettre cet abonnement il faut l’autoriser dans les options de Facebook. Seules les personnes qui ont activé la fonction d’abonnement auront un bouton S’abonner sur leur profil qui permettra à tout à chacun les suivre un peu à la manière de Twitter.

Tout d’abord, il faut se rendre sur la page Le bouton S’abonner qui explique le fonctionnement général puis cliquer sur le bouton Autoriser les abonnements pour permettre à tout le monde de voir vos mises à jour publiques.

facebook-bouton-abonnementUn message indique que tout le monde peut désormais s’abonner à vos mises à jour publiques.

facebook-abonnement-activeLe bouton S’abonner devrait s’afficher sur votre profil.

Sur la page de son profil on peut gérer ses abonnés et ses abonnements en cliquant sur les liens qui se trouvent à gauche.

facebook-abonnesOn peut modifier les paramètres d’abonnement en cliquant sur le bouton Modifier les paramètres.

facebook-options-abonnement

A ce niveau on peut activer ou désactiver la fonction s’abonner, donner ou pas la possibilité de commenter vos mises à jour publiques et régler les notifications concernant les nouveaux abonnés.

Cette fonctionnalité est en cours de déploiement pour l’ensemble des comptes Facebook y compris en France.

Cela amène un niveau de complexité supplémentaire à Facebook, si vous activez cette fonction, veillez à publier des contenus pas trop personnels…

Source : Blog Facebook

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland