Quand la touche ESC se fait la malle

J’essaierai de publier de temps en temps des images que je trouve amusantes en rapport ou non avec l’informatique, du moins de mon point de vue, mais comme c’est moi qui rédige ici, je suis un peu comme un dictateur sans vergogne aux ordres d’une multinationale… (oups, désolé je m’égare), donc voici l’image du jour qui m’a fait sourire.

La touche ESC qui se fait la malle avec ses petites pattes, c’est plutôt amusant surtout si l’on sait qu’ESC signifie ESCAPE en anglais, aller un petit effort de rigolade (on n’est pas sur Quora ici), et c’est vendredi après tout…

Publicités

Un peu d’histoire maintenant. La touche ESC ou ECHAP sur les claviers français est située tout en haut et à gauche des claviers azerty.

Le terme ESC est l’abréviation du verbe anglais « To ESCape » qui signifie s’échapper au sens de s’évader.

En informatique, on utilise la touche ESC pour annuler une action en cours sans l’achever comme si on s’échappait juste avant de s’apercevoir qu’on va commettre une erreur.

C’est une touche pour interrompre ce qu’un programme informatique est en train de faire. Elle ne sert qu’à ça. C’est un peu monotone comme fonction, c’est sans doute pour cette raison qu’elle a choisi de prendre la poudre d’escampette pour aller vivre une vie meilleure.

touche-esc

La touche ESC est née en 1960. Elle a été imaginée par un ingénieur d’IBM, Bob Berner, qui pour ses programmes a eu besoin d’une touche d’interruption rapide pour éviter d’attendre qu’un traitement se termine de lui-même ou encore pour passer rapidement d’un programme à un autre.

À l’époque cela n’était pas une mince affaire, car les ordinateurs n’étaient pas vraiment conviviaux et seuls les ingénieurs étaient capables de les faire fonctionner.

En gros, cela représentait un moyen simple d’indiquer aux ordinateurs de l’époque d’arrêter ce qu’ils étaient en train de faire pour laisser un être humain reprendre la main sur la machine, histoire de lui signifier qui était aux commandes.

La touche ESC a ensuite été adoptée sur l’ensemble des claviers d’ordinateurs.

Si les astronautes de 2001, l’Odyssée de l’espace avaient eu à leur disposition une touche ESC sur un clavier pour mettre un terme à la prise de pouvoir de l’ordinateur de bord ultra sophistiqué HAL 9000 (on remarque qu’un décalage d’une lettre vers la droite du mot HAL donne IBM, ce qui n’est pas un hasard), ce dernier n’aurait pas pu mener à bien sa mission secrète.

Ce n’est pas la seule contribution de Bob Berner, car il a aussi beaucoup travaillé sur le bug de l’an 2000 (ou supposé tel) qui devait causer un désastre planétaire, mais qui a essentiellement servi à enrichir des margoulins qui ont su exploiter la peur de l’an 2000 auprès des foules apeurées et ignorantes des réalités de l’informatique.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :