Morphing : Mélanger deux visages, Morph Thing

Le morphing est un procédé photographique utilisé en général à des fins humoristiques où le principe consiste mélanger deux (ou plus) photos de visages pour en obtenir une troisième présentant les caractéristiques diffuses des deux premières. On obtient de bons résultats avec des photos de visage prises sous le même angle, à la même distance et respectant un cadrage similaire. C’est en utilisant un logiciel qu’on réussit à fabriquer assez facilement de tels montages. Avec un outil de morphing, on peut par exemple, marier son visage avec celui d’une personnalité du show-biz ou avec celui de sa petite amie, de son chien, combiner les photos de deux hommes politiques de bords opposés pour obtenir un personnage complètement virtuel, mélanger la photo d’un bébé avec celle de ses parents pour voir à qui il va ressembler plus tard, etc.
C’est ce genre de manipulations que propose l’application ludique en ligne Morph Thing. Elle s’utilise avec ou sans inscription. L’inscription donne la possibilité de réutiliser les photos déjà téléchargées sur le site et de conserver les morphings réalisés à partir de ces dernières. Après avoir téléchargé ses photos (au minimum d’une taille en pixels de 300 x 400) et positionné des points de concordances pour délimiter le contour du visage, la position des yeux et des sourcils, les clichés sont combinés, puis le résultat s’affiche à l’écran où il pourra être téléchargé et/ou partagé sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter).

Une collection d’icônes à télécharger : Find Icons

Find Icons est un moteur de recherche d’icônes pour trouver des fichiers d’icônes gratuites d’excellente qualité. À ce jour, la collection comporte près de 500 000 icônes différentes à réutiliser pour son propre compte pour illustrer ses projets. Plus de 2 500 packs d’icônes sont également téléchargeables depuis le site. Pour trouver des icônes qui correspondent à des critères précis, on dispose de plusieurs façons de faire. Soit on passe par le moteur de recherche en indiquant un terme (en anglais) pour trouver toutes les icônes qui correspondent aux critères indiqués, soit on parcourt les différentes collections depuis les menus Browse et Tags qui se trouvent en haut de la fenêtre principale. Si on ne recherche rien de précis, en cliquant sur Excite Me, on affiche sur une page une sélection aléatoire d’icônes.
Après être passé par le moteur de recherche pour effectuer une première sélection d’icônes, des filtres disposés à gauche de l’écran permettent d’affiner les résultats trouvés par couleur de fond, par taille d’icônes, par couleur dominante, par style de dessin, par type de licences… Des liens hypertextes disposés en dessous de la zone des filtres renvoient vers des résultats complémentaires.
Pour chaque icône différents formats de fichiers, mentionnés au-dessus de la vignette, sont disponibles : PNG, ICO ou More qui contient d’autres types de fichiers (JPEG, GIF…). Il suffit de cliquer pour ouvrir la page de téléchargement qui correspond au type de fichier qu’on souhaite télécharger. En cliquant sur l’icône i on affiche quelques informations sur l’icône sélectionnée : auteur, type de licence, dimensions, étiquettes, nombre de téléchargements, etc.

Lemmings sur PC

Aaron Ardiri est un programmeur américain de talent qui aime les défis. Pour preuve, il s’en est lancé un de taille : réaliser le portage du jeu Lemmings sur 4 plateformes différentes sous la forme d’un marathon de programmation. Ce jeu qui fait partie des grands classiques a été créé en 1991 dans sa première version. De nombreuses déclinaisons ont ensuite été ajoutées à la série qui a été adaptée à tous les ordinateurs de l’époque, d’abord sur Amiga puis sur PC et sur Macintosh où la réalisation était particulièrement soignée graphiquement parlant. Pour les plus jeunes qui l’ignorent, dans Lemmings, le joueur doit aider une armée de petites bestioles décervelées, des dizaines de rongeurs à se sortir d’un labyrinthe rempli de pièges fatals pour ces petits êtres fragiles. Les lemmings ne sont pas très malins, ils avancent toujours tout droit et se suivent les uns les autres sans tenir compte du danger qui niveau après niveau est de plus en plus difficile à éviter. Ils ne savent pas faire grand-chose, mais avec quelques actions de base à leur faire exécuter, on peut leur sauver la vie : les Lemmings savent creuser à l’horizontale (Basheur : le pelleteur), à la verticale (Digger : le foreur) ou en diagonale (Miner : le mineur), construire un escalier (Builder : le constructeur), grimper (Climber : le grimpeur), bloquer les autres (Blocker : le bloqueur), amortir leur chute avec un parachute (Floater : le parachutiste), et se faire exploser (Bomber : l’exploseur). Avec ses aptitudes, le joueur commande les lemmings en désignant certains d’entre eux pour déjouer les pièges, modifier l’environnement du niveau avec l’objectif d’influer sur le cheminement du gros du troupeau qui avance droit devant lui quoiqu’il arrive. Parfois, il faudra faire des sacrifices pour sauver la multitude et accéder au niveau suivant si le ratio requis est atteint. Les niveaux sont au fur et à mesure qu’on avance dans la partie de plus en plus difficiles à passer. Il faudra utiliser à bon escient les capacités des Lemmings, parfois les associer dans de savantes combinaisons pour que le casse-tête soit résolu. A juste titre, Lemmings est considéré comme un jeu de réflexion.

Comparaison de photos de Paris : Paris Avant

Les Parisiens amateurs du vieux Paris ainsi que toutes les autres personnes curieuses de l’évolution récente de la capitale trouveront sur Paris Avant de quoi se replonger avec nostalgie dans le passé. Le site propose un très grand nombre de photographies, à ce jour plus de 2500 photos sont publiées sur le site, pour comparer des endroits de Paris pris en photo à 100 ans d’intervalle. Chaque semaine un couple de nouvelles photos avant/après est ajouté sur le site également décliné en applications mobiles payantes pour Android et Apple. L’accès aux photos se fait depuis un menu permettant une recherche des clichés par arrondissement ainsi que dans l’ordre de leur publication depuis décembre 1999 à aujourd’hui. À partir du moteur de recherche, on trouve plus précisément des endroits en faisant une recherche par nom de rue, un nom de quartier, un monument, un hôtel, une prison, une gare, etc. Un mode diaporama fait défiler les photos aléatoirement, mais trop rapidement pour pouvoir bien en profiter avant que les deux photos suivantes soient affichées.
Une courte description est présentée en dessous des deux photos à comparer. Elle indique à quel endroit précis ont été pris les deux clichés ainsi qu’un bref historique expliquant ce qui s’est passé à cet emplacement, les éventuelles transformations, les destructions et aménagements, les rénovations qui ont été effectuées, la date de construction de la rue, des immeubles, etc. Les dates où les deux photos à comparer ont été prises sont indiquées en bas de l’encart ainsi qu’un lien renvoyant vers une localisation géographique sur Google Maps.

Fabrique de monstres en ligne : Buid Your Wild Self

Les enfants, surtout les plus jeunes, aiment bien jouer à se faire peur en s’inventant des histoires de monstres, en dessinant des créatures effrayantes ou simplement en demandant aux adultes de leur raconter des histoires ou des contes faisant un peu peur, mais pas trop. La littérature enfantine regorge de ce genre d’histoires. Les jours de pluie, les parents soucieux du bien-être de leur progéniture doivent trouver à les occuper, de préférence de façon intelligente. Grâce à Build your wild self, ils vont leur donner la possibilité de laisser libre cours à leur imagination en créant des chimères tout en fabriquant par jeu une créature effrayante à partir de différentes parties anatomiques d’animaux et bestioles réels ou imaginaires.
Il s’agit d’un programme de dessin en ligne, où à partir de zéro, l’enfant va s’amuser à coller différentes parties de corps sur feuille blanche jusqu’à obtenir un résultat étonnant où par exemple l’adulte essaiera de deviner tous les animaux qui le composent. Les moins imaginatifs pourront aussi générer une bête horrible de façon aléatoire en cliquant sur le bouton Go Random puis si besoin en la modifiant à leur convenance. L’enfant peut baptiser sa créature en lui donnant le nom de son choix.

Des phrases traduites en plusieurs langues : Tatoeba

Tatoeba est une énorme base de données de phrases complètes traduites dans plusieurs langues (plus de 100 pour le moment ; les langues usuelles les plus couramment parlées sont prises en compte par le site : français, anglais, espagnol, allemand, japonais…). Les phrases traduites sont sous licence libre. Il s’agit d’un site participatif très dynamique, qui comprend à ce jour près de 3 millions de phrases, où les membres ajoutent des phases et des traductions dans diverses langues étrangères qu’ils connaissent. Chacun peu ensuite compléter les traductions dans la langue qu’il maîtrise. L’objectif est d’apprendre une langue étrangère par l’exemple et d’aider les autres personnes à apprendre une langue étrangère à partir de traductions de phrases avec des mots courants ou employant des expressions pas forcément faciles à appréhender quand on n’est pas natif du pays.

Raccourcis clavier pour Firefox

Il est tout à fait possible d’utiliser le navigateur Firefox uniquement à l’aide de la souris pour manipuler l’interface utilisateur (via les menus, le menu contextuel, les boîtes de dialogue, les barres d’outils, etc.), mais il faut savoir que de nombreux raccourcis clavier et combinaisons de touches sont disponibles pour effectuer plus rapidement et efficacement les actions les plus courantes. En général, on gagne un temps précieux en passant par les raccourcis clavier d’une application plutôt que par son interface graphique. Les menus de Firefox en indiquent quelques-uns, mais pas tous, loin de là.
L’aide en ligne de Mozilla, l’éditeur de Firefox en répertorie un très grand nombre. On peut les consulter sur la page Raccourcis clavier – Effectuer des tâches courantes dans Firefox rapidement.
Il faut aussi savoir que selon le système d’exploitation sur lequel on travaille (Windows, Mac OS ou Linux), les raccourcis clavier de Firefox ne sont pas forcément identiques.