Kill me : Tuer le super-héros pour gagner

En général pour progresser dans les niveaux d’un jeu vidéo, il faut faire en sorte d’économiser les vies dont on dispose en début de partie pour aller de l’avant en évitant les pièges disséminés tout au long du parcours. Avec le jeu Kill Me, l’approche est quelque peu différente, le titre est assez explicite (Tuez-moi en français), car le personnage, un super héros masqué, vêtu d’une cape et de collants seyants, que l’on dirige au clavier (les flèches et la barre d’espace) ne peut pas franchir et réussir les différents niveaux à moins de sacrifier sa vie de temps à autre. Car le bougre dispose d’un super pouvoir : la réincarnation, faculté bien pratique dont il va user et abuser pour mener à bien sa mission, à savoir s’échapper d’un endroit fort peu accueillant, une forteresse pleine de piques, de chausse-trappes et divers mécanismes à enclencher pour libérer des passages secrets. Ces sacrifices ne sont pas vains, car les cadavres successifs de notre héros restent au sol et utilisés à bon escient, en les piétinant, permettent d’avancer et d’atteindre la sortie vers le niveau suivant. Le jeu comprend au total 16 niveaux de difficulté croissante. Le nombre de vies du héros est infini ce qui permet de se concentrer exclusivement sur la technique à employer pour atteindre vivant la sortie en sautant de plateforme en plateforme sans se faire embrocher une nouvelle fois.
La progression dans le jeu est sauvegardée automatiquement. En cas de blocage complet, le joueur maladroit peut tricher en accédant à un walkthrought animé qui permet de voir comment passer les passages délicats en regardant des vidéos montrant comment faire pour réussir à franchir sans embûches les 16 niveaux dans leur intégralité.

kill-me

kill-me-niveau1

Le jeu de type plateforme a été réalisé en Flash ce qui le rend jouable sur les navigateurs Web de bureau (Chrome, Firefox, Opera…), mais qui ne permet pas d’y jouer sur des appareils mobiles où cette technologie vieillissante et peu sécurisée a été bannie.

Source : Kill Me

%d blogueurs aiment cette page :