Un générateur de têtes de cons (comme au bureau), Gombi-noscope

Créer des visages aléatoires en mélangeant diverses parties d’autres visages de personnes bien réelles permet de réaliser de belles chimères surtout si les modèles de base sont suffisamment expressifs, voire un peu ridicules et légèrement grimaçants. C’est ce type de portrait-robot, hommes et femmes, que permet de réaliser le site Gombi-noscope, un générateur de têtes de cons plus vraies que nature. Le site est réalisé à l’aide de la technologie Flash. Chacun y reconnaîtra son petit chef de bureau, son voisin de palier, le commerçant du coin…
On peut élaborer les têtes de cons à la main, de manière automatique et aléatoire en cliquant sur le bouton Aleatoire et jouer ensuite sur quelques éléments anatomiques : la forme et l’aspect du visage, les yeux, le nez, et la bouche. On accède aux différents éléments du visage dans le menu en haut de la fenêtre. En dessous, on peut choisir le type d’élément anatomique à placer sur son portait en sélectionnant le prénom de la personne qui va contribuer à réaliser le visage imaginaire. 32 modèles masculins et féminins servent de modèles. Les possibilités en théorie sont assez importantes, mais sans doute pas suffisantes pour avoir des visages vraiment originaux. En effet, l’ensemble manque un peu de variété, il apparaît quand même que ce sont quelques modèles qui servent à fabriquer tous les autres en mélangeant les différentes parties d’un visage : forme, yeux, nez et bouche.

Le premier des jeux vidéo – Pong

Le jeu de Pong est un des tout premiers jeux vidéo de l’histoire à avoir rencontré un succès auprès du grand public. Les règles du jeu s’inspirent de celles du tennis de table, le ping-pong. La première version date de 1967 puis a été améliorée en 1972 avant d’être popularisée par Atari sur une borne d’arcade.
Le jeu de Pong a été décliné sous de multiples formes et sur tous les ordinateurs et consoles de jeux. La version du jeu Pong décrite ici se joue dans un navigateur Web. Les éléments du jeu c’est-à-dire les raquettes et la balle ont été remplacés par des mini fenêtres.
C’est pour cette raison qu’il faut autoriser les fenêtres popup de son navigateur à s’afficher pour pouvoir faire une partie ; par défaut, ces fenêtres sont bloquées sur les navigateurs.
On joue soit contre l’ordinateur soit contre un adversaire humain. La raquette se contrôle à l’aide des touches du clavier. Le but du jeu est comme dans la version originale de renvoyer la balle avec l’objectif que son adversaire n’y parvienne pas en le mettant en difficulté.
Au fur et à mesure des échanges, la balle va de plus en plus vite. Les points marqués sont mentionnés sur la raquette de chacun des joueurs.

Origami – L’art du pliage en papier

L’origami est l’art de réaliser des pliages à l’aide d’une simple feuille de papier. L’activité remonte aux temps les plus anciens et était considérée en Chine comme un art populaire. De nos jours, il s’agit plutôt d’un loisir créatif permettant de s’occuper les jours pluvieux quand on se trouve bloqué à la maison avec des enfants à distraire. L’origami n’est cependant pas réservé aux plus jeunes. L’avion en papier, le bateau, la cocote en papier, la bombe à eau, le Shadock… grands classiques du genre ne sont pas les seuls modèles possibles.
Tous les objets, plantes et animaux peuvent être déclinés et réalisés en papier du moment que l’on connaît la marche à suivre pour réaliser le pliage. Des modèles très complexes peuvent être fabriqués demandant à la fois de la patience et de la dextérité : dinosaure, tour Eiffel, etc., exigeant parfois plusieurs heures de travail. En principe, on utilise en général une feuille de papier carrée qui ne sera pas découpée pour réaliser le pliage.
Sur Origami.org, on trouve quelques explications et illustrations en vidéo pour réaliser facilement quelques modèles d’origamis : l’oiseau qui bat des ailes, un crâne, une chemise… Les explications sont données étape par étape et montrent ce qu’il faut reproduire avec sa feuille de papier pour parvenir au même résultat que sur le modèle. Les modèles fournis ne sont pas très nombreux, mais suffisent pour s’initier à cet art ancestral.

Champion du monde de Vuvuzela

La vuvuzela est un instrument de « musique » en forme de corne très bruyante qui permet de se faire remarquer très facilement en manifestant sa joie et sa bonne humeur en toute circonstance. L’engin d’origine zoulou est principalement en vogue en Afrique du Sud où il a été popularisé et connu du monde entier à l’occasion de la Coupe du monde de football qui y a été organisée en 2010. Depuis l’instrument est utilisé un peu partout sur la planète dès qu’il s’agit de manifester de façon bruyante et pas très discrète ou lors d’évènements sportifs ou quand il s’agit de déstabiliser un adversaire ou une personne que l’on n’apprécie que moyennement.
Dernièrement, les vuvuzelas ont de nouveau fait la une de l’actualité mondiale à l’occasion des obsèques de Nelson Mandela pour célébrer dignement et avec fracas la vie du grand homme, véritable icône et héros national en Afrique du Sud.
La vuvuzela émet un son extrêmement puissant et strident, qui sonne de façon quasi infinie, à la longue très énervant mettant rapidement les nerfs en pelote pour ceux qui le subissent, car le brouhaha est très vite insupportable. Différents modèles de tailles et de coloris variés sont en circulation.

C’est la faute à Domenech !

Au vu de la jolie débâcle que nous offre en ce moment l’équipe de France de football, et même si le sélectionneur n’est pas le seul fautif, il fallait bien trouver un bouc émissaire, c’est donc l’entraîneur Raymond Domenech qui s’y colle dans ce jeu en Flash ou vous devrez le shooter sans la moindre pitié en le visant avec un ballon de foot.
Bien sûr ce jeu ne vous permettra pas seulement de vous défouler puisqu’en guise de carotte et à chaque ballon envoyé sur Raymond, vous serez récompensé par un effeuillage en règle de la sulfureuse Zahia très appréciée par certains joueurs de l’équipe de France. C’était peut-être ça la solution pour que l’équipe retrouve la motivation bien que je pense que cela ne sera vraiment pas tout à fait suffisant pour leur faire retrouver le chemin de la victoire !
Atteindre l’objectif dans ce jeu n’est pas chose facile à obtenir même si le pauvre Domenech est enchaîné dans les buts comme un lion en cage. En effet, il faudra particulièrement prendre en compte la force et la direction du vent. Le nombre de points obtenus est calculé en fonction de la partie du corps de Raymond que le joueur réussit à atteindre avec le ballon. Les parties intimes du malheureux Raymond et la tête sont celles qui rapportent le plus de points. Le joueur dispose de cinq tentatives pour shooter Raymond pour marquer le maximum de points avec la possibilité d’ajuster la force de son tir et de viser un endroit précis de l’anatomie de Domenech.