Les 10 meilleurs Gifs animés de Jack Nicholson dans Shining

Shining (The Shining) est film d’horreur (plutôt psychologique que sanglant) produit et réalisé par Stanley Kubrick, sorti sur les écrans en 1980, avec comme personnage principal Jack Torrance interprété avec maestria par Jack Nicholson.

Les images GIF animées ci-dessous montrent à quel point cet acteur maîtrise son interprétation pour incarner le rôle d’un homme tourmenté et inquiétant qui peu à peu va sombrer dans la folie meurtrière.

Des apparitions étranges, l’univers clos qui rappelle celui d’une maison hantée, des fantômes surgis du passé vont accroître la folie de Jack jusqu’à lui faire franchir la frontière entre la réalité tranquille d’une vie de famille et la perte de raison la plus terrifiante.

C’est la déchéance d’un homme qui est au cœur de l’intrigue. Le film se passe dans un hôtel isolé dans les neiges fermé pendant la période hivernale.

Le film est basé sur une nouvelle de Stephen King. Pour ceux qui l’on vu, ils se souviendront toujours de la performance d’acteur de Jack Nicholson qui jour après jour sombre dans la paranoïa et la folie meurtrière.

jack-gif

Le film Shining a beaucoup inspiré les créateurs de GIFS animés représentant l’inquiétant Jack Nicholson dans toute sa splendeur, en voici une sélection représentative de son grand talent.

jack-nicholson-gif-1

jack-nicholson-gif-2

jack-nicholson-gif-3

jack-nicholson-gif-4

jack-nicholson-gif-5

jack-nicholson-gif-6

jack-nicholson-gif-7
jack-nicholson-gif-8

jack-nicholson-gif-9

 Le film qui est un classique comporte plusieurs erreurs.

La plus connue concerne le plan d’ouverture du film où on aperçoit, vue du ciel, la voiture de la famille qui rejoint l’hôtel, sur une route de montagne en lacets. On distingue nettement l’ombre de l’hélicoptère d’où est filmée la scène, en bas à droite de l’écran, ainsi que les pales de l’appareil.

Ce n’est pas vraiment une négligence du réalisateur Stanley Kubrick, connu pour son perfectionnisme maladif, mais à une erreur entre le format de tournage et celui de diffusion qui étaient différents. Des bandes noires devaient masquer une partie de l’image lors de la diffusion en salle, mais c’est la version de tournage sans les bandes noires qui a été diffusée.

La version française comporte une petite erreur de traduction. Le surnom de Danny, l’enfant du couple, est Canard, alors qu’en version originale, il est surnommé Doc. Les traducteurs ont compris le mot Duck qui signifie canard, alors que c’est bien le terme Doc (pour docteur) qui est utilisé.

L’atmosphère du film baigne dans le surnaturel, renforcé par une musique des plus angoissante.

À la fin du film, on ne sait pas très bien si on assisté aux délires d’un fou furieux où à des manifestations inquiétantes du monde de l’au-delà.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :