Une erreur de GPS bien signalée

Les GPS font partie du quotidien depuis qu’ils sont intégrés aux smartphones, même les plus basiques. Avant cela, les appareils autonomes ont eu leur heure de gloire, mais on ne les trouve plus que dans les véhicules haut de gamme comme équipement de navigation intégré au tableau de bord. Ils sont d’ailleurs moins pratiques que leurs équivalents sur téléphones, car ces derniers bénéficient d’interfaces utilisateur mieux pensées et faciles d’accès tout en se mettant à jour plus facilement.

Avec ces appareils de navigation, il n’est plus possible de se perdre, que ce soit dans une ville inconnue ou en pleine nature.

Avec eux, le commerce des cartes papier a pris un sérieux coup de vieux, mais il n’a pour autant pas encore entièrement disparu. Quelques irréductibles les utilisent toujours. Il est vrai qu’une carte papier est toujours disponible, car elle n’a pas besoin d’être rechargée pour être accessible.

Je me demande d’ailleurs comment cette activité d’édition de cartes papier pourrait survivre étant donné qu’elle est malcommode à manier, pas à jour et qu’il est difficile de se trimbaler avec toute la cartographie de la planète dans sa poche, ce qu’autorise la cartographie numérique sur smartphone couplée à un GPS.

Il arrive que les GPS déraillent complètement en envoyant des infortunés sur des chemins de traverse.

Il est toujours amusant de lire ici ou là les péripéties des voyageurs un peu neuneus qui suivent aveuglément les consignes de leur GPS sans le moindre recul. Certains ont parfois dévié de leur itinéraire de plusieurs centaines de kilomètres avant de se rendre compte qu’ils n’étaient pas à l’endroit escompté.

erreur-gps

Au moins sur cette route qui traverse des bois les autorités du coin ont prévu le coup.

Les conducteurs sont prévenus par un charmant panneau de signalisation leur précisant que leur GPS se trompe et qu’en réalité ils ne se trouvent pas sur une véritable route, mais sur un chemin sans issue.

Pour le conducteur à priori égaré, il est grand temps de faire demi-tour puis d’envisager de changer de GPS ou de mettre les cartes à jour.

Il s’agit sans doute d’une blague d’un habitant du coin qui tient à préserver sa tranquillité.

Il est vrai qu’avec un GPS on peut se faire guider vers les endroits les plus déserts, connus uniquement des locaux, et que ces derniers ne veulent pas voir débouler des hordes de touristes dépenaillés et braillards ou de sagouins sans éducation qui vont venir polluer leurs magnifiques coins de paix.

Autant les décourager, comme je les comprends… Qu’ils aillent faire leurs singeries ailleurs.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :