Jeunes filles, prenez-en de la graine

Voilà le genre de conseils que l’on prodiguait jusqu’à dans les années 60 (et avant) aux jeunes filles de l’époque pour parfaire leur éducation domestique.

Ce sont quelques règles de base et de bon sens qu’il conviendrait de rappeler de temps en temps aux féministes hystériques histoire de les faire râler, ce qui toujours amusant, étant donné leur manque total d’humour et d’absence de second degré dès qu’il s’agit des droits des femmes.

Publicités

Il serait grand temps de remettre au goût du jour les principes éducatifs que reçoivent aujourd’hui les jeunes filles de notre époque où tout part à vau-l’eau.

Les mauvaises langues prétendent que ce document est une farce, un faux grotesque, allons donc ! Bon trêve de plaisanterie, c’est certainement vrai, mais, qu’importe, car dans la réalité cela se passait peu ou prou comme ça dans la plupart des familles en France et ailleurs depuis des siècles et des siècles.

Nous ne sommes plus au Moyen-âge, et pourtant il semble que ces règles soient encore suivies à la lettre par certains religieux barbus arriérés du XXIe siècle qui traitent et considèrent la gent féminine comme de viles esclaves domestiques, pas seulement dans les pays du Moyen-Orient ou du Maghreb, mais aussi dans nos contrées occidentales civilisées où l’envahissante secte mahométane sévit, croît et déploie ses tentacules mortifères.

Nous voilà avertis. Nous savons à quoi nous attendre quand l’obscurantisme aura éteint toute lueur d’intelligence dans les yeux des hommes.

jeunes-filles-graine

Hum, ça ne serait pas un petit peu rétrograde ce genre de manuel d’économie domestique à l’usage des jeunes femmes ?

  • Faire en sorte que le souper soit prêt : mais c’est la moindre des choses
  • Soyez fraiche et avenante : une houri disponible accueillera le mâle à son retour du bistrot
  • En l’absence de Sa Seigneurie, profitez de votre temps libre pour le ménage, la vaisselle, la lessive et pour ranger le désordre de la maison et surtout n’oubliez pas de torcher vos mioches (les mâles seulement)
  • Et n’oubliez pas d’être ravie quand vient l’heure de la copulation, parfois la chèvre n’en peut plus… Ensuite, laissez la bête se reposer (la grosse barrique avinée, pas la bique)

Aujourd’hui on en sourit et dire que certains et certaines regrettent le bon vieux temps.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :