L’empreinte d’Alphonse Bertillon

Alphonse Bertillon restera dans les annales pour avoir été en France l’artisan et le promoteur de la police scientifique notamment via l’exploitation, à des fins de résolution des enquêtes policières, des empreintes digitales toujours utilisées de nos jours, même si la preuve par l’ADN tend à supplanter cette technique exploitée dés la fin du 19e siècle. Le brave homme né en 1853 et mort en 1914 est donc l’ancêtre des enquêteurs high-tech très en vogue dans les séries policières qui ont tendance à transformer les écrans de télévision en annexe de commissariats. Cette technique, la dactyloscopie, nouvelle à l’époque (du moins en France) a permis l’arrestation d’Henri-Léon Scheffer pour devenir peu après un élément de preuve quasi irréfutable. Le criminologue Alphonse Bertillon ne s’est pas cantonné à cette technique d’identification puisqu’on lui doit d’autres procédés d’identification : l’anthropométrie judiciaire (système Bertillon appelé aussi bertillonnage), la méthode du « portrait parlé » (ou portrait-robot), la mise en service de carnets anthropométriques, le fichier photographique des criminels, l’identification des prisonniers, des nomades, des étrangers, des fous et des morts, etc. Deux ans après son décès, le laboratoire de l’identité judiciaire verra le jour. Toutes les méthodes modernes de biométrie et de fichage manuel puis informatique trouvent leur fondement dans le bertillonnage.
Le site Web Crimino Corpus retrace avec beaucoup de minutie sa carrière dont le fruit de son travail a donné naissance à l’identité judiciaire et aux méthodes de police scientifique.

Des fonds d’écran HD de haute qualité, Wallpapers Wide

Internet regorge de sites proposant des multitudes de fonds d’écran. Les images proposées sont souvent de qualité décevante et aucune possibilité n’est offerte pour trouver vraiment le type d’image recherchée.
Avec Wallpapers Wide, il est clair qu’on ne joue pas dans la catégorie amateur.
Ici, on ne trouve que du bon et que de la qualité, le tout est 100 % gratuit sans qu’il soit nécessaire de créer un compte sur le site pour télécharger les fonds d’écran. Les milliers d’images proposées sont classées par catégories puis par sous catégories. Il s’agit en général de photographies, mais on trouve aussi des illustrations, des images type dessin animé, etc. On peut rechercher des images par mots clés, par ratio (standard, HD, Wide Screen), par résolution et même celles adaptées à un affichage sur un double écran (Dual Screen). Un classement des meilleures images est disponible et on peut aussi voir les dernières images ajoutées au catalogue.

Images en pagaille et au hasard, Fumaga

Avec Fumaga, découvrez des images en tout genre. Sur ce site, pas de moteur de recherche compliqué, le plus simple est de s’en remettre au hasard, et pour ma part je n’ai pas été déçu. Lorsque l’on arrive sur la page d’accueil du site, une image est affichée aléatoirement. Une barre de navigation située à gauche de l’image affichée permet de faire défiler les images. Le gros bouton R permet d’afficher une image au hasard. Les boutons < et > permettent de visualiser les images déjà affichées.
En haut de la page, le bouton Home permet de revenir sur la page d’accueil. Le bouton Popular affiche les 25 images les plus populaires du site, on peut aussi utiliser les boutons de navigation pour afficher les 25 images suivantes ou précédentes. Le bouton Latest permet de voir les 25 dernières images publiées sur le site, là aussi on peut utiliser les boutons de navigation. Le bouton Random 20 permet d’afficher 20 images au hasard.

Télé de rattrapage : voir et revoir, TV-replay

Attendre l’heure précise où une émission, un documentaire ou une série passe à la TV et s’organiser en fonction des programmations des différentes chaînes, c’est complètement dépassé et surtout très contraignant surtout au niveau des horaires et de la multiplication des programmes qui oblige à faire des choix. Depuis quelque temps, le terme à la mode c’est « catch-up tv ». Pour les non-geeks et les non-bobos, en bon français on appelle ça, la télévision de rattrapage, ce qui est quand même beaucoup plus facile à retenir que le terme anglo-saxon. L’idée est toute bête, on peut voir ou revoir en streaming depuis un navigateur Web les émissions que l’on a loupées en se connectant sur le site Internet de la chaîne de télévision qui l’a diffusée. Dans leur ensemble elles proposent toutes ce service gratuitement en choisissant ce que l’on veut voir sur une page de programmes des émissions. Les diffusions restent en ligne quelques jours avant d’être retirées.