C’est une question que se posent souvent les débutants en informatique qui est celle de connaître le numéro de version d’un driver de périphérique sous Windows. C’est une information importante à avoir avant de mettre à jour un pilote de périphérique pour corriger des bugs ou pour améliorer ses performances.
La réponse peut faire sourire les vieux briscards utilisateurs de Windows depuis le siècle dernier (au bas mot), mais il faut bien commencer un jour et la manipulation à effectuer n’est pas forcément très intuitive quand on se lance en informatique ou qu’on la découvre sur le tard.
Quelle que soit la version de Windows, les périphériques sont gérés par le gestionnaire des périphériques. On y accède depuis l’icône du Poste de travail ou de l’ordinateur en faisant un clic droit sur Propriétés puis en cliquant sur Gestionnaire de périphériques. Les utilisateurs avertis préfèrent saisir la commande devmgmt.msc depuis la fenêtre Exécuter de Windows (en passant par la combinaison de touches Windows R pour y accéder).

windows-executer

Une fois que la liste des périphériques est affichée, il suffit d’en sélectionner un puis de faire un clic droit de souris pour sélectionner ses propriétés. Cliquer ensuite sur l’onglet Pilote. Le numéro de version est indiqué à ce niveau.

windows-gestionnaire-peripheriques

windows-gestionnaire-peripheriques-proprietes

windows-numero-version-pilote

Il est alors facile de comparer ce numéro de version avec celui que propose le constructeur du périphérique pour déterminer si une mise à jour est à effectuer. Ces mises à jour sont à faire régulièrement surtout pour les dispositifs et périphériques récents ou pour lesquels les drivers viennent d’être mis à disposition pour un nouveau système d’exploitation (Windows 8 par exemple), car les premières moutures des pilotes sont bien loin d’être parfaites et occasionnent des dysfonctionnements (plantages, ralentissements, mauvaise prise en charge de toutes les fonctionnalités…) qui sont corrigées dans les versions ultérieures du driver.

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland