Évidemment quand on configure une boîte de messagerie la première chose que l’on fait c’est de lui associer un mot de passe pour en protéger l’accès et le contenu. Si le mail est destiné à s’inscrire sur un site Web pour tester une application ou pour toute autre fonction temporaire ou sans importance, ce mot de passe n’a en fait pas la moindre utilité puisque de toute façon il s’agit d’une adresse mail poubelle que les spammeurs du monde entier font se refiler par l’intermédiaire des margoulins qui leur auront revendue.
Le principe de fonctionnement de Yopmail repose sur des adresses de messagerie sans mot de passe. En fait toutes les adresses ayant comme forme xxx@yopmail.com existent déjà et sont utilisables et consultables par tout le monde. Il suffit de remplacer xxx par ce que l’on souhaite : toto, titi, tata, ballajack, teteaclaques, etc. ; le mail existe forcément et il n’a pas de mot de passe. Il est aussi prévu de générer une adresse mail au hasard depuis la page d’accueil du site. On pourra donc refiler une adresse mail de ce type à chaque fois qu’un site en demande une pour s’inscrire. Pour consulter sa boîte mail, par exemple pour valider une inscription, l’accès se fait depuis le site Web de Yopmail en passant par la fonction Vérifier les mails ou en suivant un flux RSS dédié (par exemple : http://www.yopmail.com/rss.php?login=ballajack ; remplacer ballajack par le nom de la boîte mail à suivre), en accédant à un sous-domaine (par exemple : http://yopmail.com?ballajack ; remplacer ballajack par le nom de la boîte mail à consulter) ou encore en passant par un plug-in de moteur de recherche conçu pour les navigateurs Firefox, Opera ou Internet Explorer.
Bien entendu, comme tout le monde peut lire les messages de ces boîtes mail poubelle qui sont publiques, elles ne devront pas être utilisées pour des inscriptions sensibles : comptes bancaires, abonnements payants, Paypal… Pour les usages peu sensibles, comme recevoir une lettre d’information, il est tout à fait envisageable par contre d’utiliser une adresse mail composée de mots ou d’une phrase difficile à deviner. Le nom du compte devant contenir entre 1 et 25 caractères (lettres, chiffres, caractères spéciaux), cela laisse pas mal de combinaisons pour constituer une adresse de messagerie valide pas spécialement facile à consulter quand on ne connait pas ce nom (l’adresse iletaitunpetitnavire@yopmail.com est donc tout à fait valide, mais à priori n’a jamais été utilisée, car la boîte de réception est vide).

yopmail

Les messages reçus dans les boîtes à lettres poubelle sont conservés 8 jours avant d’être supprimés automatiquement. La suppression peut aussi se faire manuellement depuis l’interface de consultation de la messagerie. Depuis cette même interface, il est possible de rédiger un mail pour envoyer un mail vers une autre adresse Yopmail, de transférer un mail vers un compte de messagerie classique, de l’imprimer, etc.
Les utilisateurs avancés pourront même utiliser un alias de messagerie destiné à cacher le nom véritable de l’adresse principale. Cet alias est généré automatiquement et peut être combiné avec les noms de domaine alternatifs proposés par Yopmail. L’ajout de son propre domaine alternatif est également possible ainsi que de rediriger les champs MX vers ce domaine.
L’utilisation de Yopmail est intégralement gratuite ; l’application s’utilise sans inscription et son interface est en français (d’autres langues sont proposées : anglais, espagnol, chinois…) ainsi que sa documentation.

Sources : YopmailVersion mobile de Yopmail

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland