L’avantage des applications portables, outre le fait qu’on puisse les utiliser sans installation depuis une clé USB, un partage réseau ou une DropBox c’est que cela évite l’installation de DLL et de clés de registres sur votre PC ce qui à la longue va rendre Windows lent et instable. Un simple copier coller permet de les utiliser à partir de l’emplacement de son choix ce qui évite d’installer la même chose sur plusieurs PC et surtout de conserver leur système sain.

cameyo-online

Tous les utilitaires et programmes ne sont pas fournis en version portable.

Cameyo est d’abord un utilitaire classique et portable pour Windows qui permet de convertir une application standard en application portable. Au premier lancement le programme scanne votre système puis vous propose d’installer le programme que vous voulez rendre portable. A la fin de l’installation il faut indiquer que le programme ou l’utilitaire est correctement installé pour que Cameyo regarde les modifications qui ont été apportées au système puis il procède à la création d’un exécutable regroupant tous les éléments nécessaires à son fonctionnement en version portable.

cameyo-rendre-portable-programme

C’est pratique et cela fonctionne plutôt bien.

Plus fort encore, Cameyo vient d’ouvrir un service en ligne appelé Portable App Builder qui permet de faire sensiblement la même chose. Après création d’un compte, l’application en ligne peut fabriquer une version portable d’un programme à partir de son nom (des packages tout faits sont en fait déjà prêts à être utilisés), par exemple Skype, en indiquant l’URL du package d’installation sur le site Web d’un éditeur de logiciels ou en uploadant un package d’installation (MSI ou EXE) sur le site. Le service gère correctement les modes d’adressage 32 et 64 bits pour générer l’application portable qui va bien.

cameyo-online-portable

On peut fabriquer jusqu’à 6 programmes portables par mois dans une limite de 30 Mo.

Sources : CameyoCameyo Portable App Builder

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland