La langue française comporte des subtilités, des pièges, des exceptions, c’est une véritable horreur quand on a le souci de rédiger en respectant les règles élémentaires de l’orthographe et de la grammaire.

Tout le monde n’a pas la science de Maurice Grevisse, et donc pour vous aider dans cette tâche délicate, le site BonPatron propose une version gratuite (mais limitée) de son correcteur en ligne.

illustration-orthographe

L’application est un correcteur de grammaire qui trouve des fautes d’orthographe et de grammaire en français.

Son interface est disponible en français et en anglais.

L’outil se présente sous la forme d’un éditeur de texte dans lequel on saisit ou on colle du texte à corriger.

L’interface est un peu rudimentaire, mais l’application peut rendre quelques services en cas de doute sur la bonne orthographe d’un mot ou pour analyser une courte phrase.

Après avoir soumis un texte à corriger, les fautes d’orthographe et de grammaire sont détectées. Des corrections sont suggérées dans la partie droite de la fenêtre. Le texte n’est pas automatiquement corrigé, ce qui est un peu troublant, il faudra réfléchir un peu avant de correctement corriger une faute en lisant les explications données.

bon-patronbon-patron-correction

Le niveau de correction est très correct et permet d’éviter les fautes les plus grossières, mais bien évidemment, pour avoir un 20/20 la dictée de Mérimée, il devra repasser…

La version gratuite est suffisante pour une utilisation ponctuelle, elle se finance par la publicité.

En s’inscrivant sur le site, il est possible de tester gratuitement la version pro pendant une semaine.

Elle supprime l’affichage des publicités, supprime la restriction de longueur des textes à corriger, et intègre des outils de traduction anglais/français, de vocabulaire et de conjugaison. Le tarif annuel pour la version pro de BonPatron est de 9.99 euros.

L’application BonPatron se décline aussi pour Android et iOS.

Source : BonPatron

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland