Parfois on éprouve le besoin d’aller sur un site Web en étant sûr et certain de ne pas laisser une trace grossière de son passage. Car il faut savoir que toutes les visites sur un site ou même sur un simple blog sont mémorisées, votre adresse IP de connexion apparaît et grâce à elle on peut assez facilement remonter jusqu’à vous.

chat-anonyme

Un chat est caché sur cette photo

Si vous postez un message sur un forum ou un commentaire sur un blog avec par exemple le pseudo « La Courgette masquée » en espérant rester anonyme grâce à cette astuce, c’est loupé car l’IP finira par parler à qui sait ou peut la relier à un abonné Internet qui paie une facture à un FAI.

On peut aussi envisager un agréable été au boulot loin des petits chefs hargneux qui sont partis se faire dorer la pilule en espérant passer ses journées sur le Net à glander en surfant de site en site. Hélas des verrous et des mouchards informatiques (salauds d’informaticiens !) ont été mis en place dans votre société, pas question d’aller sur groslolos.com, fiche-cuisine-pratique ou football-magazine pour passer le temps sans se faire griller comme un débutant.

Pour résumer votre problématique, vous voulez aller sur un site sans vous faire repérer ou en passant les barrières de sécurité que votre boîte a mise en place pour vous éviter de sombrer dans la glandouille si peu propice aux profits des sociétés et des patrons. Vous voulez surfer anonyme et couvert.

Ces mêmes salauds d’informaticiens ont créés les Web proxies qui permettent de surfer anonymement sur le Web en passant par un intermédiaire qui laissera ses traces à votre place, les braves gens !

Il s’agit de services Web d’anomysation qui affichent les pages Web consultées dans leur interface.

C’est aussi à utiliser en entreprise, dans les administrations ou ailleurs où beaucoup de sites Internet sont bloqués pour pousser les employés à travailler un maximum.

Le fonctionnement d’un Web Proxy est toujours sensiblement le même. On se rend sur une page qui n’est pas censurée par un dispositif informatique (routeur, firewall, proxy…), qui permet d’entrer l’adresse du site où on veut aller puis on surfe à partir de l’interface du Web Proxy qui laissera ses propres traces de connexion, pas les vôtres.

On peut toujours remonter jusqu’à vous si on interroge le gestionnaire du Web Proxy mais c’est en général un intermédiaire peu bavard ou parlant une langue peu répandue. Il est de toute façon beaucoup plus discret que votre FAI qui balancera tout ce qu’il sait de vous à la moindre demande un peu sérieuse.

Le gros inconvénient c’est que ce procédé ralentit la connexion Internet.

Voici quelques Web Proxies que vous pouvez utiliser à des fins de discrétions, pour faire croire que vous habitez à l’étranger (pratique pour s’enregistrer sur certains services) ou pour passer des verrous informatique pas trop solides :

On peut aussi indiquer les adresses de ces Web Proxies dans les paramètres réseau des navigateurs pour les obliger à les utiliser en permanence.

Une recherche sur Google vous en donnera beaucoup d’autres si par malchance ceux que je donne ici venaient à disparaître.

L’utilisation d’un Web Proxy est vraiment très simple et suffisante pour une utilisation ponctuelle.

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland