Étant utilisateur de Twitter depuis plus de quatre ans, je constate avec consternation que le réseau social, longtemps fréquenté seulement par des gens éclairés, est devenu au fil des années un espace d’échange de moins en moins intéressant pour qui recherche de l’information fraiche et variée. J’ai l’impression que Twitter est devenu le terrain de jeu et de chasse de personnes pour qui le marketing, les marques et la communication en général sont le gagne-pain. Pour ces gens-là, Twitter est un média publicitaire comme un autre propre à attirer les chalands en essayant de leur vendre produits et services. Dans ces conditions, il n’est d’ailleurs pas étonnant que bon nombre de personnes quittent Twitter seulement après quelques semaines de présence sur le réseau social. N’aimant pas se fatiguer, après tout faire des études de marketing n’est ce pas un moyen facile de sortir de l’échec scolaire, l’arme préférée des pollueurs marketing est le bot, un programme informatique prévu pour simuler une présence sur Twitter. Les marques, les stars décérébrées du showbiz, les politiques y ont recours, pour toucher, du moins le pensent-ils un vaste public. En général la ficelle est un peu grosse, car le robot automate se repère vite à cause des ses tweets répétitifs, de ses réponses programmées complètement à côté de la plaque pour réagir automatiquement à certains mots, de ses grotesques messages promotionnels (DM), etc.
En cas de doute sur un pseudo vous pouvez demander l’avis de l’application Bot or Not ? qui après authentification via votre compte Twitter est en mesure d’analyser les comptes de votre choix afin de déterminer s’il s’agit d’une personne véritable ou d’un sombre crétin qui a programmé un bot à son service.

bot-or-not

L’analyse dure quelques secondes en se basant sur différents critères plus ou moins compréhensibles : fréquence et heures des tweets, nombre de retweets, nombre de mentions, contenu…
Des pseudos de bots et de personnes de chair et d’os sont donnés à titre d’exemple pour tester l’application. J’ai bien entendu essayé avec mon propre pseudo @ballajack, mais j’ai été assez surpris de constater que Bot or Not ? me considérait à 49 % comme un bot…

ballajack-bot-or-not

Avec des personnes que je sais bien réelles, la précision est plus proche de la réalité, sans doute parce qu’elles utilisent Twitter de façon plus régulière et surtout en interagissant beaucoup avec les autres membres, ce qui c’est vrai n’est pas mon cas. L’application donne la possibilité de signaler les erreurs d’interprétation en cliquant sur le bouton Flag as incorrect.
L’exercice mené par Bot or Not ? semble en fait assez difficile et malgré une analyse poussée rien ne prouve si votre interlocuteur est un bot ou un humain.

Source : Bot or Not ?

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland