Pour apprendre les langages de programmation conçus pour créer des sites Web, à savoir HTML et CSS avec en plus une dose de JavaScript, j’avais recommandé l’excellent site d’apprentissage CodeAcademy qui grâce à des tutoriels progressifs, interactifs et globalement intéressants donne un moyen accessible de commencer ce long apprentissage en misant avant tout sur la pratique.
CodeAcademy existe toujours et même s’il n’est pas très dynamique depuis de nombreuses semaines, les contenus évoluent peu, il reste la référence dans le domaine.
Un challenger va peut être bousculer la donne, avec l’arrivée de Dash qui reprend le même concept d’apprentissage progressif des langages HTML, CSS et JavaScript à suivre sous forme de leçons interactives qui mettent l’accent sur la pratique et qui incite l’étudiant à écrire son propre code pour voir immédiatement à l’écran ce qu’il produit.
Comme pour son ainé toutes les leçons sont gratuites. Elles commencent de zéro, ce qui est idéal pour un grand débutant, avec l’objectif de réaliser des projets complets ayant quand même une certaine utilité pratique. Tout se passe dans un navigateur Web avec une interface prenant en charge à la fois le code et la visualisation sans qu’il soit nécessaire d’installer quoi que ce soit en plus sur son ordinateur.
Les explications sont rédigées en anglais. Elles sont simples à comprendre avec une progression assez souple qui ne noie pas l’apprenti codeur sous un flot de notions incompréhensibles à assimiler quand on est encore néophyte.

dash

Il s’agit ici, comme pour CodeAcademy, d’initiation générale à ces langages, on apprend à coder à partir d’exemples simples à reproduire ou à faire évoluer que l’on peut voir se construire sous ses yeux dans une fenêtre de prévisualisation en live. Même si on arrive au bout de ses tutoriels, il restera encore du chemin à parcourir avant de pouvoir s’atteler à des projets plus ambitieux demandant encore plus de compétences.

dash-progression

L’initiative même si elle n’est pas parfaite a le mérite d’exister et j’attends encore avec impatience un projet francophone qui reprendrait en l’adaptant ce même concept dans la langue de Molière.

Source : Dash

Boutons de partage :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Article rédigé par Eric Weyland